WoW : Les ventes de boosts de Mike Ybarra, l’un des directeurs de Blizzard, font débat

Rate this post

Alors que World of Warcraft subit des polémiques toutes plus passionnantes les unes que les autres ces derniers mois, un nouveau débat essentiel est apparu à la cour d’assises de Twitter : Mike Ybarra, l’un des directeurs de Blizzard Entertainment, vend des services de boost !

C’est en effet dans un tweet plutôt sobre que le numéro 1 de Blizzard a annoncé lancer une diffusion en direct des boosts offerts par sa guilde au Sanctum de la domination en mode Héroïque ce samedi 16 octobre 2021. Les services proposés le sont bien entendu. en échange de pièces d’or, et non d’argent réel, il est important de s’en souvenir.

Probablement en streaming nos ventes héroïques SoD et high’ish m + ce soir (20-23) à partir de 17h PT. ??

Bon, rien d’illégal à ce sujet en somme, et cet article n’existerait peut-être pas si la communauté WoW n’avait pas, une fois n’est pas coutume, largement offensé en peu de temps suite à cette annonce. Le directeur de Blizzard Entertainment est en effet critiqué pour « *fournir des services qui encouragent la destruction de la communauté WoW » selon certains.

Désabonné maintenant. Si vous ne voyez pas en quoi un tweet comme celui-ci nuit à la communauté, vous devriez quitter votre emploi. Le boost fait tellement mal au jeu, vous devriez travailler comment y remédier et ne pas vous booster. Les guildes ont besoin d’argent, mais cela doit tuer tous les canaux de discussion et causer plus de problèmes.

Les ravages des services de boost sont en effet décriés par une grande potion de la communauté qui estime qu’ils nuisent au jeu en donnant aux joueurs l’accès à des équipements et des réalisations en échange de pièces d’or, des choses qu’ils n’auraient jamais pu acquérir dans un « normal ».  » de manière, sans être  » bon  » au jeu en somme, se contenter de se contenter de cultiver des plantes ou d’acheter des Tokens pour arriver à leurs fins. Ces joueurs se retrouvent ainsi propulsés dans des touches dont ils n’ont pas le niveau grâce au score Mythique acquis en payant d’autres joueurs par exemple.

D’autres pensent que Mike Ybarra est un joueur, et streamer à ses heures perdues, comme un autre et qu’il a parfaitement le droit de générer de l’or pour sa guilde et lui-même de la même manière que n’importe quelle guilde de haut niveau le fait depuis de nombreuses années maintenant. Et… Ce n’est pas faux comme dirait l’autre.

L’essentiel est que cette polémique, comme beaucoup d’autres ces dernières semaines, a très peu d’intérêt à notre avis. Mike Ybarra est un joueur de World of Warcraft et utilise les moyens légaux à sa disposition pour gagner de l’or. Si les développeurs de WoW n’empêchent pas ce système de prospérer et que les joueurs sont assez riches pour se payer de tels services, ce n’est sans doute pas au directeur de Blizzard qu’il faut rougir.

L’idée ici n’est pas de dire que le boost n’a aucun impact sur le jeu, seuls les joueurs aveugles n’ayant jamais mis les pieds en PvP ou Classic le pensent. Non, juste pour rappeler que, réalisateur de Blzzard ou non, Mike Ybarra reste un joueur comme les autres et n’a, à notre avis, pas à rougir de profiter des systèmes tolérés par les développeurs du jeu. Ça fait partie du jeu, ça l’utilise, rien de plus.

Bien sûr, promouvoir de tels services sur Twitter peut sembler étonnant et même dérangeant. Cependant, il ne s’agit finalement que d’un tweet trivial comme le font régulièrement de nombreux autres joueurs et/ou streamers. Encore une fois, doit-il avoir honte de sa position de directeur de Blizzard et ne pas profiter de sa notoriété en tant que telle mais aussi en tant que streamer pour générer de l’or pour lui et sa guilde ? Le débat est ouvert, il n’y a pas de bonne ou de mauvaise réponse.

Un débat utile et intéressant serait sans doute de se demander pourquoi les guildes de haut niveau sont toutes tôt ou tard obligées de proposer de tels services afin d’avoir les moyens de financer leurs raids, par exemple.

La seule bonne réponse à tout cela est que harceler quelqu’un n’est jamais la bonne solution. Quel que soit le prétendu acte répréhensible dont la personne est accusée, il existe toujours des moyens beaucoup plus sains de faire la différence.