Protégez vos données personnelles avec les NFT

Note post

La chronique économique hebdomadaire de Bernard CHAUSSEGROS

Nous, les humains, sommes inventifs, curieux, entreprenants, découvreurs et créateurs. Nous accumulons des connaissances et enrichissons notre esprit par le travail quotidien. C’est en quelque sorte notre morceau d’éternité et notre identité que nous préservons.

Nous avons toujours créé, nos écrits étaient bien cachés dans des cahiers secrets, nos dessins dans de grands classeurs verts et noirs, nos musiques dans des portées griffonnées à la main. Nous avons toujours parlé, et un jour nos paroles ont volé au vent sans que personne ne les retienne autrement que par la mémoire approximative et les souvenirs que nous réinventons jour après jour.

Ceux d’entre nous qui sont venus au monde peu après la Seconde Guerre mondiale ont connu l’évolution impressionnante des technologies et l’intégration brutale du numérique dans nos vies. Nous nous disions, à chaque nouvelle étape, à quel point ce que nous découvrions était « étonnant ». Et, petit à petit, notre monde a changé. Pour de bon, bien sûr, à bien des égards ! Mais est-ce pleinement et systématiquement le cas ?

Les progrès de l’ordinateur, en termes de puissance de calcul, de capacité de stockage, de rapidité d’accès aux données par exemple, facilitent grandement notre quotidien, tant sur le plan personnel que professionnel. Les multiples possibilités de communication nous offrent une proximité qui nous réunit dans une immédiateté fulgurante.

Mais en même temps, la puissance de calcul échappe à nos cerveaux très lents, les capacités de stockage échouent dans notre propre mémoire, la vitesse d’accès aux données nous rend stupides et paresseux. Quant à la proximité de ceux avec qui nous pouvons nous identifier et à l’immédiateté de ces connexions, ne s’agit-il pas simplement d’illusions trompeuses et, le cas échéant, dangereuses ?

En effet, en publiant des informations sur nos sites personnels soi-disant sécurisés, en publiant des réactions, voire simplement des « j’aime », sur les réseaux auxquels nous sommes abonnés, nous nous donnons entièrement au visionnage. Et donc on se dépouille devant le monde entier, on se dépouille de tout ce qui nous détermine à partager nos données personnelles, sans vraiment savoir avec qui on les partage. Surtout avec des machines qui nous transforment en données échangeables traitées par des algorithmes !

Nous croyons que nous sommes les maîtres de la technologie dont nous croyons détenir les mystères et les secrets, nous n’en sommes que les esclaves et les objets. Le développement des GAFA semble apporter de nouveaux avantages. C’est le grand art des entreprises du secteur de nous donner l’impression que nous progressons dans l’appropriation du monde de la Connaissance. Et en réalité c’est tout le contraire, ce sont eux qui progressent dans l’appropriation de nos vies. Les GAFA ne sont pas à notre service, car nous ne sommes que des instruments, la matière première.

Ils contrôlent nos goûts, nos dépenses, nos loisirs, notre consommation et leurs algorithmes, de manière répétitive, nous incitent, nous orientent, nous conditionnent avec un seul objectif, celui de nous faire consommer de manière ciblée. Alors, il faut se poser cette question : en plus de nous disséquer pour découvrir la moindre de nos sources les plus intimes, ils ne pillent pas toutes nos données personnelles ! Nous pouvons en être convaincus. Et qu’en font-ils ? Que font-ils de nos données personnelles ?

On ne peut qu’établir un parallèle avec le célèbre roman « 1984 » de George Orwell, paru en 1949, dans un autre siècle ! Il décrit un pays qui vient de traverser un conflit nucléaire et dans lequel un régime politique inspiré du nazisme s’est instauré. Les citoyens n’ont plus la liberté d’expression et les pensées de chacun sont surveillées grâce à une technologie mystérieuse et parfaitement intrusive. Dans les rues, d’immenses affiches rappellent aux citoyens que « Big Brother [ils] regardent ».

Ce nom, « Big Brother », qui dans le roman est le nom de l’entité responsable de cette dictature de l’esprit, est passé aujourd’hui dans le langage courant et permet de désigner sans ambiguïté le sentiment que « nous vivons dans un monde totalitaire, un un monde où la surveillance des autres est la règle, un monde où les libertés ont été supprimées, un monde où les dirigeants peuvent exercer une autorité pleine et illimitée sur des citoyens qui n’ont plus de libre arbitre.

Si notre société n’a pas, nous l’espérons, atteint de telles extrêmes totalitaires, le fait est que celle que décrit George Orwell lui ressemble à certains égards. En fait, elle n’est possible que du fait de l’existence d’une technologie incontrôlable et son organisation rend impossible d’y échapper. On dit souvent que 1984 est l’histoire d’une utopie qui s’est transformée en cauchemar.

Cela n’est pas sans rappeler Loft Story, la première émission de télé-réalité lancée en France en avril 2001 et dont le logo était un œil qui nous regardait sans ciller. Le principe était le suivant : onze célibataires isolés du monde devaient vivre dans un loft où toutes les pièces (sauf les salles de bain et une chambre neutre) étaient équipées de 26 caméras vidéo (dont 3 infrarouges, la plupart dissimulées derrière des miroirs sans tain) et micros. Les protagonistes ont été filmés 24 heures sur 24, ce qui a généré un fort retentissement médiatique et suscité de nombreuses réactions ou critiques sur « le voyeurisme assumé et la soif de sensationnalisme des téléspectateurs ».

Problématique

Problématique

Au fond, depuis 2001, subrepticement, le voyeurisme scandaleux a pris le dessus. Et les consommateurs se sont habitués au regard du voyeur entrant chez eux. Sur le même sujet : Mot de l’année : NFT. Mais maintenant tout va beaucoup plus loin, sans avoir besoin de caméras placées derrière une vitre sans tain ! Internet, les réseaux sociaux et l’emprise des GAFA ont « subtilement » pris la place de « Big Brother ». Cette ingérence dans nos vies, qui passe par des aventures ludiques, amusantes et sans importance, est bien plus grave qu’il n’y paraît. Cette situation doit être analysée à la lumière des évolutions technologiques récentes !

Echapper au syndrome de 1984 serait maintenir le libre arbitre, la liberté de penser, la liberté d’être tout simplement. Et pour cela il faudrait pouvoir garder le contrôle de ce que l’on crée, politiquement, économiquement, artistiquement, intellectuellement, personnellement.

Dans les débats actuels, on parle beaucoup des NFT (Non-Fungible Token) ou Non-Fungible Goods Tokens ! Et est-ce que quelqu’un se demande si ces NFT peuvent nous permettre de reprendre le contrôle de nos données, de nos créations, de nos œuvres, simplement de nos vies ? Qui sait ?

Mais tout d’abord, que sont vraiment ces NFT ? Le terme « fongible », souvent associé en économie aux caractéristiques de la monnaie, signifie essentiellement que le bien ainsi qualifié est interchangeable. La monnaie, l’argent comme on dit familièrement, et toujours pour mieux comprendre, est un bien fongible, dans la mesure où il est divisible en unités, francs, euros, centimes. Un billet de 50 € utilisé pour régler un achat de 32,50 € est échangé contre l’article acheté et un certain nombre de billets et de pièces représentant le solde de 17,50 €.

Un bien fongible peut donc être offert et divisé de différentes manières, et peut être utilisé dans des cas très différents, tels que les achats, la capitalisation ou l’investissement. Les NFT, comme les crypto-monnaies, sont des unités de données stockées sur une blockchain, ce type de grand livre numérique, ce qui signifie que les NFT ne peuvent jamais être modifiés ou volés car ils sont protégés par les mécanismes cryptographiques qui rendent la blockchain unique.

Ce qui différencie les NFT des cybermonnaies, c’est qu’il s’agit de jetons non fongibles qui agissent comme des certificats d’authenticité, montrant qu’un actif numérique est unique et non interchangeable. C’est un concept très proche des cybermonnaies, les NFT sont des actifs dont le format est numérique et qui ont le droit d’utiliser (copier, dupliquer, reproduire, modifier et utiliser d’une autre manière). Ainsi, par exemple, les éléments numérisés tels que les documents, le contenu audio ou visuel, les images et autres données numériques similaires, y compris le code source, sont considérés comme des actifs numériques, inclus dans une collection d’informations ou de données stockées électroniquement.

Comme nous l’avons déjà mentionné dans un autre article, les blockchains sont stockées sur le web mondial sur des milliers de serveurs différents, de manière totalement décentralisée, ce qui rend les données visibles et vérifiables par n’importe qui et donc quasiment inaltérables. Cela signifie que n’importe qui sur le réseau peut voir (et vérifier) ​​les entrées de tout le monde. C’est ainsi que les biens enregistrés comme NFT sur une blockchain prouveront leur authenticité.

Un bien non fongible est ainsi une pièce unique, un manuscrit, un tableau, une partition, une maison, une collection d’objets personnels, etc. Même si l’on sait qu’un tableau peut être copié ou reproduit électroniquement, l’original restera l’original, sans que les copies aient la même valeur.

Pour être parfaitement clair, la différence entre les crypto-monnaies et les jetons non fongibles, même s’ils sont basés sur la même technologie blockchain, est que les crypto-monnaies sont fongibles.

Où Peut-on acheter des NFT ?
Voir l’article :
Qui fixe le prix d’un NFT ? Il existe deux catégories d’utilisabilité.…

Les caractéristiques des NFT

C’est ainsi que les NFT sont créés sur une blockchain et ne peuvent jamais être récupérés dans un autre écosystème de blockchain séparé et ne peuvent exister que dans celui-ci. Voir l’article : NFT : Ces montres virtuelles se vendent jusqu’à 17 000 €. Comme pour les crypto-monnaies, c’est le système blockchain qui authentifie l’identité et la nature du bien acheté.

Les NFT sont similaires aux certificats de propriété d’un actif numérique. La valeur découle de la nature de cet actif recouvrable, ainsi que de sa valeur de vente future hypothétique. Par conséquent, les NFT peuvent être vendus et échangés. Le meilleur exemple de NFT est l’œuvre d’art numérique, quelle que soit sa nature, classique en tant que peinture, mais aussi actuelle en tant qu’œuvre numérique. Les exemples sont nombreux et bien connus, ont récemment causé une certaine surprise dans le monde des enchères.

Les oeuvres créées via les NFT se vendent bien et se revendent aussi bien, à tel point que des opérations spéculatives sur ces biens peuvent être envisagées ou redoutées, notamment dans la perspective du monde virtuel aussi appelé METAVERSE dans lequel les plateformes GAFA veulent à toutes les fins que nous transposer. Le système alimente aussi sa propre mode avec, par exemple, l’affaire bien connue de la vente du premier Tweet de Jack Dorsey, le fondateur de Twitter, qu’il a vendu pour la somme de 2,9 millions de dollars, mais la presse spécialisée donne une une série d’autres exemples, comme lorsque Christie’s a vendu un collage numérique d’un artiste nommé Beeple pour 69 millions de dollars, un autre a vendu une image pixélisée (un GIF) d’un singe punk avec un bandana pour 1,2 million de dollars…

On peut légitimement s’interroger sur l’utilité des NFT et leur utilisation pratique. Il s’agit d’un nouveau concept et il y a fort à parier que les réflexions à ce sujet vont se développer rapidement, surtout compte tenu de la vitesse à laquelle la technologie sur laquelle elles reposent va évoluer. Des études publiées précédemment indiquent plusieurs utilisations potentielles. L’un des exemples les plus cités serait la création de billets pour assister à des spectacles, puisque, créés grâce à un NFT, ils ne pourraient être falsifiés, manipulés, modifiés ou simplement échangés sans laisser de traces. En raison de la structure basée sur la blockchain des NFT, connue pour être impossible à modifier, une telle note serait protégée de toute utilisation frauduleuse.

On dit donc qu’il n’y a aucune chance que quelqu’un vende un de ces billets à rabais, en vole un ou essaie d’en utiliser un contrefait. En effet, il n’y a aucun risque de remplacer ou de modifier le token sur la blockchain associée à ce ticket.

Dans de nombreux autres secteurs, on peut imaginer, pour la protection d’une œuvre quelle qu’elle soit, que l’utilisation des NFT (qui permettent donc d’enregistrer numériquement l’authenticité) contribuera à se prémunir contre les risques de contrefaçon. De plus, outre la question de l’authenticité, les NFT peuvent enregistrer des données fondamentales sur l’origine, la fabrication ou la provenance d’un article. Ces questions peuvent être essentielles pour garantir l’authenticité d’une œuvre d’art ou, quant à son créateur, pour garantir sa paternité, sa propriété artistique ou intellectuelle.

Dans ce cas, il serait donc opportun de créer un NFT, ce qui n’est finalement pas forcément si facile, même s’il existe des plateformes qui peuvent aider et soutenir le créateur intéressé par la démarche. Mais un certain nombre de conditions ou d’outils doivent être réunis, qui sont liés au fait que les NFT sont construits sur une blockchain spécifique qui garantit leur existence. De plus, pour le financement du processus, cette création nécessite de disposer d’un portefeuille de crypto-monnaies et, enfin, le créateur en question ne pourra créer et vendre ses actifs numériques que sur un marché NFT.

Actuellement, le modèle le plus utilisé est la blockchain « Ethereum », qui repose sur la crypto-monnaie « ETHER » (ETH), et nécessite l’utilisation de la plateforme « OpenSea ».

On le voit, l’utilisation des NFT pour authentifier et protéger les données personnelles, et notamment celles dont on souhaite conserver la propriété intellectuelle ou artistique, est une démarche intéressante mais particulièrement exigeante. Certes, les jetons non fongibles sont éminemment populaires en ce moment, mais comme toute nouvelle évolution technologique, ce que nous offrent les NFT, s’il présente de nombreux avantages, rencontre également des inconvénients qui sont loin d’être anodins.

L'erreur a permis d'acheter des NFT à des prix dix fois inférieurs
Sur le même sujet :
Quelle crypto acheter en 2021 ? Si vous vous demandez quelle crypto-monnaie…

Des avantages

Des avantages

Les NFT donnent aux artistes la propriété de leurs actifs numériques et la possibilité de prouver leur authenticité. De ce fait, les propriétaires reconnus d’une œuvre pourront en tirer profit en la vendant ou en en faisant tout usage qui leur conviendra. Lire aussi : Hennessy 8 : NFT pour 226 450 $.

Les œuvres garanties par les NFT sont donc uniques et rares et peuvent donc être collectionnées. Ce sont des œuvres immuables, qui ne peuvent jamais être modifiées, effacées par des tiers ou remplacées.

L’utilisation des NFT permet d’inclure des contrats intelligents dans les conditions d’authentification, ce qui est une particularité de la technologie blockchain. Il s’agit de stocker dans le NFT des instructions qui ne seront exécutées que sous certaines conditions, comme par exemple garantir des flux de revenus aux créateurs, même lors d’opérations commerciales après la vente initiale.

Les NFT peuvent également trouver un espace de développement favorable comme un passeport numérique, qui est à la fois un titre de propriété et un certificat d’authenticité, pour donner une certaine identité à un objet physique, notamment dans le domaine du luxe. Un NFT est alors attaché à un seul produit, par exemple une montre ou un sac, ce qui permet de lutter efficacement contre la contrefaçon, facilitant le marché de la revente.

Décryptage : pourquoi ce foin autour des NFT ?
Lire aussi :
Allez, avouez-le : vous avez roulé des yeux en lisant le titre…

Des inconvénients

Des inconvénients

On comprendra que cette technologie, relativement proche de celle des crypto-monnaies, est indissociable de la notion de marché, qui est forcément un marché spéculatif.

Toute personne intéressée par la création, l’achat et la gestion de NFT se posera les questions suivantes : Les NFT ont-ils une réelle valeur ? Ou sont-ils simplement le résultat d’une construction purement intellectuelle, qui autorise l’hésitation entre un véritable investissement et une mode passagère ?

Il ne faut pas non plus se faire d’illusions. Comme toute œuvre d’art, le travail d’un créateur, ou ses simples données personnelles, sécurisées par une blockchain ou non, peuvent toujours être copiés. L’histoire de l’art montre comment de grands créateurs ont été copiés, leurs œuvres falsifiées ou détournées. Et ce n’est pas parce que vous avez le NFT que vous pouvez vraiment contrôler le bien pour lequel, au final, vous n’avez qu’une garantie d’authenticité.

Dans le même ordre d’idées, aussi curieux que cela puisse paraître après avoir énuméré les avantages des NFT en matière de sécurité, les NFT peuvent être volés. Bien que la technologie blockchain soit sécurisée, elle n’est que relativement sécurisée. Le monde du web est parfois sombre et opaque, les échanges peuvent être truqués et de nombreuses plateformes ne disposent pas de toute la sécurité nécessaire. En fait, il existe de nombreuses vulnérabilités de cybersécurité dans le monde numérique.

Enfin, et ce n’est pas le moindre des inconvénients, les technologies en question sont extrêmement voraces en énergie. Si les réseaux des années 1990 ne nécessitaient qu’un petit serveur dans un bureau anonyme, des câbles et quelques postes de travail, l’infrastructure d’aujourd’hui nécessite des installations sur mesure, parfois immenses, des parcs informatiques, des milliers de postes de travail et des connexions compliquées. Cela génère des coûts environnementaux parfois disproportionnés, des consommations énergétiques importantes, des outils conçus pour faire face aux pannes électriques, des dispositifs permettant de refroidir en temps réel les systèmes générateurs de chaleur incompatibles avec un parfait fonctionnement.

Nous avons déjà mentionné l’impact environnemental des crypto-monnaies basées sur la blockchain. Il faut beaucoup de puissance de calcul pour entrer des données dans une blockchain. Nous savons que cela représente des coûts qui peuvent rapidement devenir incommensurables.

A l’heure des pénuries déclarées, notamment dans les mois d’hiver où ERDF gère la distribution nationale d’électricité comme un « bambou », fermant ou ouvrant certaines centrales et, aussi, décidant d’arrêter, parfois pour quelques heures, certaines centrales -entreprises intensives, il est raisonnable de penser à l’avenir à long terme de technologies également très énergivores, ayant pour seul objectif de stocker des données.

Par conséquent, on peut se demander si les plateformes basées sur la blockchain sont rentables à long terme et si les actifs basés sur la blockchain sont durables.

Il faut s’y attendre, mais il est difficile de dire si les NFT seront largement utilisés dans les années à venir. C’est une question de technologie, et nous savons maintenant à quelle vitesse elle évolue avec les progrès des semi-conducteurs et de l’intelligence artificielle. Mais on sait aussi que cette course au progrès n’est possible qu’au prix de coûts environnementaux importants, qui s’accompagnent de complexifications parfois obscures qui font souvent craindre (comme en 1984) des atteintes à nos libertés fondamentales.

Pour conclure, il semble opportun de rappeler à quel point les technologies du web sont capables de nous dépouiller de nos données personnelles et de nos œuvres.

FOCUS : PANDA DYNASTY

FOCUS : PANDA DYNASTY

En septembre 2021, la start-up Panda Dynasty a vendu près de 9 000 NFT en l’espace de 24 heures. Le projet ambitionne désormais de devenir un acteur majeur des « crypto games », jeux vidéo basés sur la technologie Blockchain.

Pour le fondateur de l’entreprise, l’enjeu est clair : « Le NFT est la preuve absolue que le propriétaire possède un objet numérique. Cette garantie d’exclusivité est rendue possible par la blockchain, un registre infaillible qui permet à chacun de prouver que quelque chose lui appartient.

De cette preuve de propriété il tire la conséquence que l’objet peut être vendu, cédé ou emprunté, et que son propriétaire peut en tirer un revenu si un tiers en fait usage. Il souligne que si la plupart des NFT vendus aujourd’hui sont essentiellement des images numériques, rien ne les empêche de prendre toutes les formes possibles d’objets voire d’œuvres créées par un particulier.

L’enjeu est de donner un usage à ces NFT. Selon Gabriel MANOU-MANI, fondateur de Panda Dynasty, « Tous les mécanismes et droits de propriété liés aux NFT peuvent modifier fondamentalement et durablement notre relation avec les sites internet. Nous sommes actuellement « locataires » de sites internet : nous créons des contenus (photos, articles, tweets) et nous cédons tous nos droits de propriété aux principales plateformes qui les hébergent.

Grâce à la blockchain, au lieu de s’inscrire sur ces sites avec un identifiant et un mot de passe, les internautes s’inscriront en connectant leur propre portefeuille, ce qui leur permettra de lier leurs actions aux titres de propriété. Ils pourront alors percevoir des redevances et avoir le contrôle sur leurs données. Dès que vous quittez un site, vous pouvez repartir avec toutes vos données.

Les NFT nous donnent plus d’indépendance, plus d’autonomie et plus de souveraineté sur nos activités numériques.

La valeur NFT appartenant à une personnalité peut être directement liée à l’évolution de la popularité de cette personne. Cependant, la valeur d’un NFT sera toujours assez élevée s’il a appartenu à une célébrité dans le passé. Plus un NFT est liquide, plus sa valeur est élevée.

Où acheter NFT Booba ?

Les NFT sont achetés en crypto-monnaie. Il vous reste donc maintenant à créer votre portefeuille de cryptomonnaies (si vous n’en avez pas déjà), sur Coinbase, Torus ou encore MetaMask, par exemple.

Quels sont les meilleurs NFT ? Quelles sont les meilleures collections NFT ?

  • 2.1 L’art numérique puissant de Beeple.
  • 2.2 Un Rick et Morty NFT en photo numérique.
  • 2.3 Un NFT du jeu Axie Infinity.
  • 2.4 Un NFT basé sur des acteurs CryptoPunks.
  • 2.5 Sora.
  • 2.6 Bac à sable.
  • 2.7 Super rare.
  • 2.8 Meebits.

Comment créer NFT ?

Pour créer votre NFT, il vous suffit de télécharger le fichier de votre choix. Les extensions JPG, PNG, GIF, WEBP, MP4 ou MP3 sont prises en charge. C’est alors que vous devrez choisir votre prix fixe, un prix libre ou une enchère à durée limitée, par exemple.

Comment créer un NFT sur OpenSea ?

OpenSea n’est pas une plateforme de conception graphique. Vous devrez mettre le nom de votre création, un lien externe qui vous mènera à votre site Web ou à votre portfolio, et quelques informations de ce style. Une fois enregistré, votre NFT est prêt à être commercialisé.

Comment créer ses propres NFT ?

Pour créer un NFT, vous devez choisir un support tel qu’une image, une vidéo, un son ou un autre type d’objet. Vous devez donc héberger vos données de manière décentralisée avec un service comme IPFS. Et enfin, exécutez un contrat intelligent à déployer sur une blockchain comme Ethereum ou Solana.

Comment se lancer dans les NFT ?

Avant de commencer, vous devrez décider sur quelle blockchain vous souhaitez émettre vos NFT. Ethereum est actuellement le principal service de blockchain pour l’émission de NFT. Cependant, il existe un certain nombre d’autres blockchains qui deviennent de plus en plus populaires, notamment : Binance Smart Chain.

Comment bien choisir ses NFT ?

Considérez les coûts Les frais de transaction varient d’une plateforme à l’autre. Pour cette raison, avant d’investir dans un crypto NFT, étudiez bien le prix du marché. Optez également pour une crypto-monnaie et une blockchain dont les coûts de transaction sont moindres.

Comment créer un NFT sur OpenSea ?

OpenSea n’est pas une plateforme de conception graphique. Vous devrez mettre le nom de votre création, un lien externe qui vous mènera à votre site Web ou à votre portfolio, et quelques informations de ce style. Une fois enregistré, votre NFT est prêt à être commercialisé.

Comment choisir ses NFT ?

Considérez les coûts Les frais de transaction varient d’une plateforme à l’autre. Pour cette raison, avant d’investir dans un crypto NFT, étudiez bien le prix du marché. Optez également pour une crypto-monnaie et une blockchain dont les coûts de transaction sont moindres.

Que sont les jetons NFT ? NFT signifie « jeton non fongible ». Le principe des « tokens » est lié à celui des blockchains, protocoles informatiques décentralisés permettant de chiffrer et de sécuriser les transactions financières sur le réseau Internet.

Qui peut créer un NFT ?

Pour créer un NFT, vous pouvez simplement utiliser des portefeuilles hébergés comme Coinbase ou Kraken. Si en revanche vous souhaitez investir dans les crypto-monnaies, nous vous expliquons dans ce guide tout ce qu’il faut savoir pour choisir un portefeuille de crypto-monnaies.

Quel logiciel pour créer NFT ?

Vous n’avez pas besoin de logiciel spécial pour créer un NFT. Vous pouvez créer votre art comme vous le feriez pour un client ou votre portefeuille. J’utilise habituellement Adobe Character Animator, Adobe Illustrator, Photoshop et Adobe After Effects.

Comment créer un NFT sur OpenSea ?

OpenSea n’est pas une plateforme de conception graphique. Vous devrez mettre le nom de votre création, un lien externe qui vous mènera à votre site Web ou à votre portfolio, et quelques informations de ce style. Une fois enregistré, votre NFT est prêt à être commercialisé.

Comment posséder un NFT ?

Certaines crypto-monnaies, telles que NFT, ne peuvent être achetées qu’avec une autre crypto-monnaie sur des échanges décentralisés. Pour acheter des NFT, vous devez d’abord acheter Ethereum (ETH) puis les utiliser pour acheter des NFT.

Comment créer un NFT sur OpenSea ?

OpenSea n’est pas une plateforme de conception graphique. Vous devrez mettre le nom de votre création, un lien externe qui vous mènera à votre site Web ou à votre portfolio, et quelques informations de ce style. Une fois enregistré, votre NFT est prêt à être commercialisé.

Quelle Plate-forme pour vendre NFT ?

Les principaux marchés Ethereum NFT sont : Sorare (spécialiste des cartes de football numériques en édition limitée) OpenSea (recommandé) Rarible.

Où on achète des NFT ?

Un portefeuille de garde autonome comme Coinbase Wallet est nécessaire pour acheter des NFT. Coinbase Wallet est disponible sous forme d’application mobile et d’extension de navigateur.

Quel appli pour acheter des NFT ?

Enjin : la meilleure application de portefeuille NFT Enjin est l’un des premiers portefeuilles conçus pour être utilisés avec les NFT. D’autres applications comme Trust ont ajouté la prise en charge des NFT après leur popularité, mais Enjin a été conçu pour les objets de collection numériques.

Est-ce que les NFT prennent de la valeur ?

Si vous échangez un bitcoin contre un autre bitcoin, les deux auront la même valeur. Et vous aurez toujours un bitcoin de la même valeur dans votre portefeuille. Les NFT étant uniques, ils ne sont pas de valeur égale et sont soumis à la volatilité du marché.

Comment utiliser NFT ? Pour créer un NFT, vous devez choisir un support tel qu’une image, une vidéo, un son ou un autre type d’objet. Vous devez donc héberger vos données de manière décentralisée avec un service comme IPFS. Et enfin, exécutez un contrat intelligent à déployer sur une blockchain comme Ethereum ou Solana.

Comment se lancer dans le NFT ?

Avant de commencer, vous devrez décider sur quelle blockchain vous souhaitez émettre vos NFT. Ethereum est actuellement le principal service de blockchain pour l’émission de NFT. Cependant, il existe un certain nombre d’autres blockchains qui deviennent de plus en plus populaires, notamment : Binance Smart Chain.

Comment créer un NFT dans OpenSea ? OpenSea n’est pas une plateforme de conception graphique. Vous devrez mettre le nom de votre création, un lien externe qui vous mènera à votre site Web ou à votre portfolio, et quelques informations de ce style. Une fois enregistré, votre NFT est prêt à être commercialisé.

Quel est le prix d’un token ?

Le jeton le plus performant est OmiseGO (OMG), avec une augmentation de 698 % entre le 14 juillet 2017 (premier jour répertorié par CoinMarketCap) et le 31 août 2018. Son prix est passé de 0,53 $ à 0,53 $, 4,23 en un peu plus d’un an.

Quelle est la différence entre jeton et pièce ? Une « devise » est une unité de valeur propre à une blockchain. Un « token » ou « jeton » en français est une unité de valeur d’un actif numérique qui ne possède pas sa propre blockchain.

C’est quoi un token ?

Un jeton d’authentification (ou jeton de sécurité) est un périphérique matériel ou logiciel requis pour qu’un utilisateur accède de manière plus sécurisée à une application ou à un système réseau.

Quels sont les token ?

Un jeton est un actif numérique souvent utilisé comme moyen de stockage de marchandises et moyen de paiement par les commerçants. Exemple : jeton Binance ATA, jeton Cardano, jeton Pantherswap, jeton Shiba Inu, jeton Swissborg, jeton Theta, etc. Souvent, les jetons proviennent de l’ICO ou de l’offre initiale de pièces.

Quelle est la différence entre un token et un coin ?

Contrairement aux pièces, les jetons nécessitent une autre plate-forme pour être utilisés. De plus, les jetons sont souvent assimilés à tort à des crypto-monnaies ; la grande majorité des jetons ne sont pas créés pour servir de monnaie.

Comment fixer le prix d’une crypto ?

Le prix du bitcoin est défini par l’offre et la demande ; Quand il y a plus de demande de bitcoin, le prix monte, quand il y en a moins, le prix baisse ; L’offre maximale de bitcoin est de 21 000 000 BTC.

Quelle crypto monnaie va exploser en 2021 ?

Bitcoin : La crypto-monnaie de référence En 2021, le Bitcoin croît plus lentement mais parvient tout de même à gagner près de 50 %.

Comment calculer le prix d’une crypto ?

Il s’agit d’une autre méthode de calcul basée sur le rapport du nombre d’utilisateurs d’une crypto-monnaie au volume de transactions par utilisateur. Ce ratio est calculé à l’aide de la loi de Metcalfe qui stipule que plus il y a d’utilisateurs sur un réseau, plus le réseau devient précieux.

Comment un token prend de la valeur ?

Pour gagner de la valeur, une crypto-monnaie doit répondre à différents critères. Elle doit pouvoir pénétrer l’économie réelle : ses utilisateurs doivent pouvoir utiliser cette monnaie comme leur quotidien.

Pourquoi un Token prend de la valeur ?

Un jeton peut également représenter un droit, une valeur ou même un pouvoir au sein d’un réseau. … Cette personnalisation se fait lors de la création du token, via un smart contract. Par conséquent, c’est grâce aux tokens que les différents utilisateurs d’une blockchain interagissent entre eux.

Quelle crypto monnaie va exploser en 2021 ?

Bitcoin : La crypto-monnaie de référence En 2021, le Bitcoin croît plus lentement mais parvient tout de même à gagner près de 50 %.

Comment écouter TN ?

Comment écouter en toute légalité le nouveau single de Booba disponible TN au format NFT, ainsi que son clip. Pour cela, les pré-inscriptions ont ouvert ce mardi 2 novembre à 10h et la vente démarre ce mercredi 3 novembre à 10h sur le site Play.umusic.com/booba.

A quand la sortie de TN Booba ? Booba n’a pas perdu la tendance. Avec « TN », le rappeur a partagé un clip exclusif en 25 000 jetons, disponible à la vente le mercredi 3 octobre 2021 à 10h.

Où trouver Booba TN ?

Découvrez TN en exclusivité Les détenteurs d’une ancienne ou nouvelle carte animée NFT Booba peuvent accéder au clip TN en exclusivité. Vous pouvez également en trouver sur le marché secondaire ici.

Comment voir ses NFT Booba ?

Encore une fois, rien de plus simple. La connexion se fait par le pictogramme. Votre wallet est donc connecté au site Booba pour vos NFT. Le NFT de Booba se vend à 0,006 ETH, soit 20 euros.

Comment regarder TN Booba ?

Il vous suffit d’entrer dans la boutique (ntf. booba. store), de créer un wallet avec vos coordonnées bancaires, d’acheter des etheres (ETH) avec l’euro qui se trouve sur votre compte puis d’acheter des NFT. Et voila !

C’est quoi NFT Booba ?

Cependant, une technologie gagne de plus en plus en popularité et attire les artistes. Ce sont des NFT. Également appelés jetons non fongibles.

Comment revendre NFT Booba ?

Il vous reste donc maintenant à créer votre portefeuille de cryptomonnaies (si vous n’en avez pas déjà), sur Coinbase, Torus ou encore MetaMask, par exemple. Votre portefeuille est le portefeuille numérique qui vous permettra d’acheter, de vendre et de détenir vos Ethers (crypto-monnaie avec laquelle le NFT est acheté) et votre NFT.

Comment créer un NFT ?

Pour créer votre NFT, il vous suffit de télécharger le fichier de votre choix. Les extensions JPG, PNG, GIF, WEBP, MP4 ou MP3 sont prises en charge. C’est alors que vous devrez choisir votre prix fixe, un prix libre ou une enchère à durée limitée, par exemple.

Comment Ecouter booba TN ?

Il vous suffit d’entrer dans la boutique (ntf. booba. store), de créer un wallet avec vos coordonnées bancaires, d’acheter des etheres (ETH) avec l’euro qui se trouve sur votre compte puis d’acheter des NFT.

Comment voir ses NFT Booba ?

Encore une fois, rien de plus simple. La connexion se fait par le pictogramme. Votre wallet est donc connecté au site Booba pour vos NFT. Le NFT de Booba se vend à 0,006 ETH, soit 20 euros.