Meta, Twitter et NFTs, qu’en pense la communauté crypto ?

Note post

Depuis quelques mois, de plus en plus de réseaux sociaux s’intéressent aux NFT et cherchent des moyens de les intégrer. Au premier rang : Meta (Facebook, Instagram, WhatsApp) et Twitter. Est-ce pertinent ? Et quel est le sentiment des premiers intéressés ?

Pour Meta, cela prendrait la forme d’un marché pour acheter et vendre des NFT et des objets virtuels à utiliser dans son métaverse. Pour Twitter, il est possible depuis janvier de connecter son portefeuille de cryptomonnaies pour insérer un NFT dans son image de profil, lui donnant une forme hexagonale qui permet à l’utilisateur de se démarquer des autres.

L’accueil de ces propositions par la communauté crypto est assez mitigé, notamment selon la plateforme dont on parle. L’annonce Twitter a été très bien accueillie : « C’est le réseau social n°1 dans le métaverse et dans la communauté NFT, car historiquement c’est le réseau informatique », explique John Karp, présentateur du podcast NFT Morning et organisateur du Non Fungible Conférence. . De plus, l’approche de Twitter consiste à adopter ce mouvement en vérifiant les NFT des gens et en reconnaissant l’intégrité des NFT quelle que soit leur source, reconnaissant ainsi leur approche décentralisée. Ce qui semble être essentiellement une simple photo de profil est alors considéré par la communauté crypto comme une approbation claire et publique qui respecte ses valeurs.

Cependant, les NFT divisent désormais les réseaux sociaux, au point que les anti-NFT vont boycotter les artistes et les marques ou même créer un plugin qui bloque automatiquement tout utilisateur de Twitter ayant un NFT comme photo de profil. . Introduire le pro-NFT pourrait donc être une décision risquée pour les réseaux sociaux, mais John Karp ne s’inquiète pas : « Ça fait partie d’un nouveau mouvement, le Web 3, et ça va finir par être un état des lieux. C’est comme aux débuts d’Internet, les gens s’en fichaient et pensaient que c’était inutile. Au final, Internet est partout et on ne se pose plus de questions. La même chose se produira. Il ne s’agit donc pas d’un risque immédiat pour les réseaux sociaux : ils y travaillent plusieurs années à l’avance de peur de rater une opportunité et de prendre du retard sur leurs concurrents.

Meta s’est donc aussi lancée dans l’aventure NFT, si ce n’est qu’elle est peu perçue par la communauté crypto, pour qui rester anonyme et avoir le contrôle de ses données sont des éléments cruciaux. Selon John Karp, « cette volonté de se positionner dans l’univers NFT et crypto fait un peu peur, car le métaverse vendu par Facebook n’est pas le métaverse auquel aspirent les utopistes qui ont créé ce mouvement ». La communauté des crypto-monnaies est en fait liée à une valeur particulière qui est antithétique à ce que Meta veut faire : la décentralisation.

Réseaux sociaux contre mouvement décentraliste, clash ou cohabitation ?

Réseaux sociaux contre mouvement décentraliste, clash ou cohabitation ?

L’un des éléments clés de la décentralisation est l’interopérabilité, c’est-à-dire la création de passerelles pour échanger facilement entre différents systèmes tels que les blockchains ou les métaverses. « Aujourd’hui, les métaverses Sandbox et Decentraland sont deux éléments concurrents qui, en même temps, font tout pour assurer l’interopérabilité entre leurs deux systèmes », précise John Karp. Sur le même sujet : Mot de l’année : NFT. C’est une approche très ouverte, qui reste fidèle à celle des NFT. « 

Si les valeurs de Meta ne sont pas compatibles avec celles de la communauté crypto, alors pourquoi rejoint-elle les NFT ? En fait, seuls 3,5% des Français ont actuellement des NFT. « Le dépistage, c’est dans cinq ou dix ans et, d’ici là, avec le métaverse, ce ne sera plus une niche. Ce sera pour un usage de masse. Meta mise en effet sur le métaverse avec déjà 10 milliards de dollars investis dans ce type de plateforme. « La logique de Meta est que l’interaction que nous avons aujourd’hui sur Facebook ou Instagram le sera demain dans des environnements plus avancés, dans le métaverse. « 

Face à des géants comme Meta, la communauté crypto ne connaît pas encore son avenir : la coexistence sera-t-elle possible ? « Il est très difficile de prédire comment cela va se développer », a déclaré John Karp. On peut espérer que la jeune génération, qui comprend mieux les enjeux du Web, soit sensible aux arguments de la décentralisation. Il y a bien une forme de bataille qui se profile. Facebook pourrait aussi choisir de changer son business model, mais cela me paraît peu probable, cela remettrait en cause tout ce qu’ils sont. « 

Le mouvement décentralisateur a beau rester un courant minoritaire contre les Gafam, John Karp pense que ses valeurs pourraient résonner avec celles des jeunes générations en redéfinissant la relation entre les internautes et les marques sur Internet : au lieu de voir leurs données collectées pour être revendues à des annonceurs. , les utilisateurs auraient la possibilité de monétiser le temps qu’ils investissent sur une plateforme ou une marque. « Quand on parle de cette recherche de sens et de nouvelles façons de travailler chez les nouvelles générations, on s’inscrit dans ce mouvement. « 

Le Vatican lance le NFT et la réalité virtuelle
Ceci pourrez vous intéresser :
Le Vatican a annoncé la semaine dernière une nouvelle qui peut surprendre…